La pratique

Tenir le sabre.

« La main gauche porte le sabre et la main droite le guide ».
Dans la garde classique la main gauche joue le rôle le plus important pour maintenir le sabre la pointe toujours dirigée vers le centre de l’adversaire. D’ailleurs il faut avoir le souci constant de ramener cette main gauche au milieu de son corps et devant lui.
une expression imagée permet de mieux comprendre l’action des deux mains sur la poignée du sabre (la Tsuka) : « tordre un linge mouillé comme pour en extraire l’eau ». Ceci tout en restant décontracté car crisper les mains sur la tsuka peut s’avérer très rapidement épuisant.

Le cercle de sécurité.

Comme au jujitsu Il est fondamental d’évaluer la distance qui vous sépare de votre adversaire : Le mae. Un cercle imaginaire dont vous êtes le centre et dont les dimensions sont déterminées par: la taille de l’adversaire, ses aptitudes physiques, son habilité, son opportunisme, sa lucidité, etc.. Bref dans comme dans tout combat celui qui remporte l’avantage décisif c’est celui qui arrive à se trouver
assez près pour attaquer mais assez loin pour ne pas ce faire attaquer. Facile à dire mais c’est la le principe essentiel d’un duel. Le mae est donc la base des attaques, des défenses et des ripostes éventuelles.
Ce cercle de distance n’est pas beaucoup utilisés par les pratiquants inexpérimentésce qui donne lieu à des échanges stériles, de nombreux coups inefficaces et une dépense d’énergie inutile. La totale maîtrise de ce principe est selon moi la quête ultime de tout combattant.

La garde

Lorsque deux combattants se livrent un assaut, ils se déplacent face à face, armés de leur sabre, chacun d’entre eux tentant de conserver la posture qu’il juge la plus favorable, à la fois, pour une attaque ou une défense immédiate.
Il existe trois gardes qui sont : la garde haute (Jodan), la garde basse (Gedan) mais la garde utilisée par la quasi totalité des participants est la garde de milieu, Chudan no kamae, c’est une garde menaçante car dans l’absolu la pointe du sabre doit atteindre la gorge de l’adversaire.
Pour avoir une bonne garde, il est important de garder le parallélisme ainsi qu’un écart de la largeur des hanches entre les deux pieds. Le Kodashi est dans la main droite ou gauche. Le pied gauche doit être en retrait par rapport au droit et le talon légèrement soulevé. Pour les droitiers , jambe droite avancée, jambe gauche reculée et relevée, parallèle à la jambe droite .Le bout de la Tsuka à hauteur du nombril et la pointe à hauteur d’œil.

Source : http://chanbaracaera.monsite.orange.fr


Photo Valérie Agaoua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *